Results 1 to 12 of 12

Thread: «Des escortes nous confient les mensonges qu’elles racontent à leurs parents»

  1. #1
    Registered User
    Join Date
    Dec 2016
    Posts
    480

    «Des escortes nous confient les mensonges qu’elles racontent à leurs parents»

    Par Mélodie Nelson, VICE

    juil. 31 2018

    Quand j’ai commencé à faire de la webcam, après avoir tenté brièvement de gagner de l’argent comme téléphoniste érotique et serveuse topless de gruau, j’ai raconté à mes parents que j’étais l’employée du mois dans une boutique érotique. Je voulais, graduellement, leur dire que j’étais toute nue devant un ordinateur pour payer mon loyer et mes bouquets de marguerites. Leur réaction m’a privée de tout espoir de franchise à court terme : ils étaient découragés et pariaient que j’allais me faire kidnapper par le crime organisé.

    Avoir une double vie n’est pas que pour les agents secrets : beaucoup de travailleuses du sexe n’osent pas dévoiler leur travail de peur d’être rejetées, incomprises et poursuivies par des proches qui tenteront de leur faire avouer qu’elles ont le cerveau tellement brainwashé au foutre qu’elles ne savent pas vraiment qu’elles préféreraient être enseignante au primaire plutôt que jeune femme payée pour une semaine de sourires et de condoms aux Bahamas.

    J’ai demandé à des travailleuses du sexe ce qu’elles racontaient à leurs parents, amis et amoureux ou amoureuses pour expliquer comment elles gagnaient leur vie.

    Keisha : « Barmaid. Je travaille quelques heures dans un bar, moins d’heures que je ne leur dis. »

    Josh : « Je devais déposer un chèque et j’avais besoin de l’aide de mes parents. Je leur ai dit que je traduisais des textes en ligne, mais je ne fais que de la webcam. »

    Christine : « Je suis serveuse dans un bar de danseuses depuis cinq ans et mes parents le savent déjà, mais depuis deux ans je danse aussi, et ça, c'est secret. Mais ils savent que je gravite dans cet univers. »

    Mélanie : « Dépanneur de nuit! »

    Julie : « Je dis depuis que j’ai dix-huit ans que je travaille sur des bateaux de croisière. Une amie faisait ça pour vrai et je trouvais que ça avait l’air cool. Je raconte ses histoires à mes parents comme si tout m’était arrivé à moi. »

    Pascaline : « Les parents à mon chum pensent que je travaille pour une compagnie de conception de sites web. Je ne sais pas encore ce que je dirai à ma proprio. Mes parents le savent et ne me parlent plus. Et je n’ai pas assez d’amis pour avoir à le cacher. La majorité gravite dans le même domaine que moi. Les gens avec qui j’allais à l’école ne savent pas ce que je fais, ou peut-être que oui, mon Facebook n’étant pas très subtil. Si on me pose la question, je dis que je fais de la webcam. »

    Ève : « Maintenant, tout le monde le sait, mes amis et toute ma famille, sauf mes grands-parents. Par contre, personne à mon cégep n’est au courant. Ça juge beaucoup dans le domaine dans lequel j’étudie. Lorsque je rencontre de nouvelles personnes et qu'on me demande de garder ça mort, je dis que je travaille dans une ferme maraîchère bio (déjà fait) ou nounou (déjà fait aussi). »

    Marion : « Photographe dans un bar. »

    Arthémis : « Accompagnatrice littéraire. Les clients sont un peu des artistes incompris. »

    Roane : « Je suis serveuse, mais à temps partiel. En fait, j’ai démissionné, mais j’ai été fine avec ma gérante et je lui ai dit que je couvrirais les quelques heures de congé des autres employés. Donc, officiellement, ce n’est qu’en septembre que je ne travaillerai plus, mais j’aime bien avoir un emploi conventionnel. L’argent que je fais comme travailleuse du sexe ne m'apparaît pas réel. Ce n’est pas le monde réel. Je trouve ça rassurant de pouvoir faire mes impôts facilement. Mais parfois, le monde dans les restaurants me tombe sur les nerfs, pour pas cher, en plus. »

    Maëva : « Barmaid. Je choisis toujours le petit bar inaccessible en ville, style taverne. »

    Marie-Lune : « Je ne dis rien, parce que je n’ai pas vraiment d’amis et que ma mère sait que je n’arrive pas à garder un job standard. Elle croit que je suis sans emploi. »

    Amandine : « J’ai dit que je travaillais au Sushi Shop pendant un bout. Dans ce temps-là, j’étais à Québec et mes parents dans une autre région, donc ils ne pouvaient pas savoir. »

    Brenda : « Au niveau légal, je dis que je suis photographe à mon compte. À mes proches, je dis que je travaille dans un centre d’appels de nuit! »

    Vivianne : « J'adaptais mon mensonge à mon public. Pour la famille, serveuse. Pour les gens de l'université, je disais que ma famille m'aidait. Idem pour mes relations si j'en avais. »

    Caroline : « Pour les proprios et la banque, je suis une ''artiste'' et ''à la pige'' ce qui ma foi restera vague pour toujours et à jamais pour tout le monde. Pour les plus curieux, je dis que je fais des fameux ménages à domicile chez mes amies qui ont de grandes maisons et des chums qui ont de bons salaires de mineurs. »

    Rachel : « J'aurais dû fermer ma grande gueule! Tout le monde le sait et personne n’est resté dans ma vie. »

    Vicky : « Moi, je pense que tout le monde le sait, mais fait semblant de ne pas le savoir. Ça ne me préoccupe pas. »

    Cheryl : « Moi, pendant mes huit premières années de travail comme escorte, je travaillais aussi comme éducatrice spécialisée dans les écoles de Montréal et Laval. Je n’avais qu’à omettre le fait que j’arrondissais des fins de mois avec le travail du sexe. Depuis deux ans, je suis travailleuse du sexe à temps plein, mais je continue à dire que je travaille comme éducatrice. Comme ça fait des années, personne ne me questionne. Dans ma vie, seulement quelques rares amis, et mes amoureux, quand j’en ai, le savent. J’ai très envie de m’afficher ouvertement, mais la perspective de blesser profondément ma famille m’en dissuade.

    « Ça me dérange de mentir parce qu’il n’y a aucune honte à être travailleuse du sexe. Je pense que c’est même un métier utile et essentiel. Les préjugés sont tellement violents, et mon monde est plutôt conventionnel. Si je m’affichais, il y aurait des conséquences que je ne suis pas prête à assumer. »

    Vanessa : « Mes amis sont au courant. Pour ma mère, je ne fais que de la webcam, mais je suis escorte. J’invente des petites jobines pour le reste de la famille et c’est toujours très stressant. »

    Olive : « J’ai monté un bateau à ma famille comme quoi j’étais dans l’organisation d’événements. Ils habitent en région donc ça passe super bien. Je serais à l’aise de leur dire la vérité, mais je refuse de les blesser donc je m’abstiens. »

    * Les noms des personnes citées ont été changés pour préserver leur anonymat.

    https://www.vice.com/amp/fr_ca/artic...mpression=true

  2. #2
    Registered User
    Join Date
    Aug 2012
    Posts
    416
    Dommage que nous vivions dans un monde aussi pudibond et, j'oserais dire, hypocrite pour juger, rejeter leur fille qui travaillent dans le domaine du sexe.

  3. #3
    Registered User
    Join Date
    Dec 2015
    Posts
    4,586
    SylvainP

    Je suis d'accord mais tu raconte à ta famille et tes amis que tu vois des SP? Moi non! C'est ben la raison pour laquelle je suis ici et que j'ai des amis Merb à qui parlé!

    Cheers,

  4. #4
    PornHub: MochaLaMulata
    Join Date
    Nov 2013
    Location
    Montreal - Canada - USA
    Posts
    370
    Pauvre Rachel... Son histoire est vraiment triste, mais elle devrait plutôt être heureuse que ses faux amis ont enfin été démasqués.

    Évidemment, je ne dis pas à tout le monde que je rencontre que je suis escorte, ou danseuse ou que je fais des vidéos érotiques, car oui, plusieurs me regarderaient de travers et me jugeraient sans même prendre le temps d’apprendre à me connaître en tant que personne. Mes amis de longue date le savent, mes frères et soeurs aussi, ils ne jugent pas. Ils font eux aussi, ou ont déjà fait des choses pas très conventionnelles, et c’est peut-être pour ça qu’ils ne sont pas regardant de ce que je fais.

    J’ai été longtemps à n’en parler à personne, à garder le secret pour moi. Et lorsque je mentais à propos de mon travail, je me demandais toujours pourquoi je mentais. Je n’aime pas mentir, je trouve ça exigeant devoir me rappeler de ce que je dis, je me sens mal de monter des histoires, et j’ai surtout peur de blesser les autres lorsqu’ils vont se rendre compte que tout ce que je leur ai dit était pur mensonge.

    J’avais encore plus peur des jugements et des rumeurs qui allaient se propager dans mon entourage. Mais j’ai toujours su que ce que je fais comme métier ne dicte pas qui je suis, ni comment je suis comme personne. Ça ne change pas ma vision de la vie, mon caractère, ma gentillesse ou mon intelligence. S’aimer et s’accepter comme on est et être fier de nous-même peu importe ce qui advient est très important dans la vie. Alors lorsque j’ai décidé de m’afficher ouvertement, c’était comme un poids de moins sur mes épaules et depuis ce temps là, je me rends compte que les conséquences n’ont pas été aussi pires que je l’imaginais, et qu’avouer mon métier était plutôt une épreuve pour les gens dans ma vie, car plusieurs, comme Rachel, ont décidé de prendre la porte et me montrer que finalement ils n’étaient que des personnes que je n’avais pas réellement besoin dans ma vie.

    Comme la troisième avant dernière fille (son nom n’était pas mentionné) qui a dit qu’elle trouvait ça difficile devoir mentir sur son métier alors qu’elle trouve qu’il n’y aucune honte à travailler dans ce domaine... La questions est: S’il n’y a vraiment aucune honte, alors pourquoi mentir? Pourquoi cacher ton visage? Pourquoi ne pas remettre les points sur les "i" lorsque des gens, lien de parenté ou non, te font des remarques paternelles, négatives et dénigrantes à propos de ton gagne pain? À part certaines qui préfèrent rester discrètes pour épargner leurs enfants, ou éviter les problèmes à garder leur vrai job ou bien à trouver l’amour, je crois qu’il y a encore beaucoup de TDS qui prétendent être fière de leur travail, alors qu’elles ont plutôt honte d’elles mêmes.

    Je crois que tant que les travailleurs et travailleuses du sexe vont se cacher par peur de conséquences et de jugements, ceux-cis vont demeurer, et le métier sera toujours reconnu comme un sous-métier, comme quelque chose de taboo, underground, dénigrants et dangereux, que seules les personnes en difficultés émotionnelles, psychologiques, familiales ou de dépendance, choisissent d’exercer... Je peux comprendre pourquoi une TDS préfèrerait garder l’anonymat, mais j’aime beaucoup que de plus en plus d’hommes et de femmes dans le métier font le choix d’assumer ce qu’ils font et d’afficher leur visage en guise de résilience et de fierté, au lieu de se cacher et silencieusement entretenir les préjugés.

    J’ai toujours dit que je ne tolèrerai pas que mes propres enfants entre dans le métier, et je serais definitivement du genre à tout faire pour les empêcher, jusqu’à même le faire à leur place pour qu’ils n’aient pas à le faire eux-mêmes, mais jamais que je ne les renierais pour autant. Si après toutes tentatives, ils voudraient quand même poursuivre dans le domaine, alors ayant l’expérience que j’ai, ma tâche sera alors de les guider pour qu’ils fassent les meilleurs choix et qu’ils en sortent gagnants, et non pas de leur tourner dos et les laisser se démerder.

  5. #5
    ebonylover retired...
    Join Date
    Mar 2010
    Location
    Montreal
    Posts
    1,216
    SylvainP,

    Il n'y a personne sur ce forum qui accepterait que sa fille fasse ce métier ! C'est aussi simple que cela...

    Et oui la dictature de cette société judéo-crétine (pun intended) laisse encore beaucoup de trace, tout comme Jalimon, je ne parle pas de mon monde caché au travail ! En fait je l'ai déjà tenté et l'expérience m'avait permis d'en parler un peu mais on est bien mieux entre nous, justement par l'entremise de ce forum et des ami(e)s que l'on peut s'y faire...

    Mocha,
    milles mercis pour ce post intelligent, sincère, réfléchi ... wow
    NO Expectations, High satisfactions!

  6. #6
    Registered User
    Join Date
    Feb 2017
    Posts
    244
    Je peut comprendre si une femme garde sa secret car dans notre culture ont associe ses gendre de travail a des drogue, des bs, ou tout
    autre stereotype que notre culture nous a impose. Mes pour un homme ou il ya moin de prejuge, je vois pas pkoi la raison d avoir honte
    de dire a certain personne , J AI BIEN DIT CERTAIN PERSONNE, que vous utilise les service d un sp tant en tant. Sait sur je leur dits pas
    que au 3 a 5 semaine je fait affaire avec une sp ( toujour la meme depuis un bout ) mes j ai pas honte de l avoir dit a mon pere ou frere
    ou a un couple d amis proche ou certain de mes collegue de travail que une ou deux fois par annee je me paye une sp. Vous serais surpris
    de voir combien d homme dans votre entourage famille , collegue de travail ect se sont deja paye une sp.

  7. #7
    Registered User
    Join Date
    Aug 2012
    Posts
    416
    Jalimon, peu de personnes le savent et aucun jugement de leur part. Évidemment, je n'en parle pas à tous les jours.

    Pat98, même si je n'ai pas d'enfants, je peux comprendre que je réagirais comme les autres parents. J'aime ta supposée erreur: judéo-crétine.

    Je crois que les parents ne s'imaginent pas nécessairement leurs enfants, devenus adultes, évidemment, en train de faire l'amour, comme les enfants ne s'imaginent pas leurs parents en train de faire l'amour. Le sexe a tellement été tabou et l'est encore, alors que ça devrait être quelque chose de normal.

  8. #8
    Registered User
    Join Date
    Dec 2015
    Posts
    4,586
    Quote Originally Posted by SylvainP View Post
    Le sexe a tellement été tabou et l'est encore, alors que ça devrait être quelque chose de normal.
    Haha tellement vrai!! Il y aurait tellement mais tellement moins de frustration dans le monde si tout le monde arrivait à baiser de temps en temps.

    Cheers,

  9. #9
    ebonylover retired...
    Join Date
    Mar 2010
    Location
    Montreal
    Posts
    1,216
    Quote Originally Posted by SylvainP View Post
    Pat98, même si je n'ai pas d'enfants, je peux comprendre que je réagirais comme les autres parents. J'aime ta supposée erreur: judéo-crétine.
    J'aurai pu écrire ...
    Judéo-Pathétique
    Judéo-Hyprocrite
    ---
    Mais...
    Judéo-Crétine
    Oh... que ça sonne tellement bien ...
    NO Expectations, High satisfactions!

  10. #10
    Registered User
    Join Date
    Aug 2012
    Posts
    416
    Mais je trouve judéo-hypocrite tellement proche de la vérité!

  11. #11
    Registered User
    Join Date
    Jun 2009
    Posts
    54
    "Et oui la dictature de cette société judéo-crétine (pun intended) laisse encore beaucoup de trace..."

    I don't know where and how you were raised but how is *cette Société Judeo-cretine* relevant in these gals case?

    "Le sexe a tellement été tabou et l'est encore, alors que ça devrait être quelque chose de normal."

    If by *sexe* you mean the inherently sterile and masturbatory behaviors we engage in or as Jalimon puts it *baiser* and if by *normal* you mean *common*, it already is.

    "Il y aurait tellement mais tellement moins de frustration dans le monde si tout le monde arrivait à baiser..."

    When you say *tout le monde* do you mean everyone who' sexual behavior mimics/emulates yours or are you truly progressive?


    "J'aurai pu écrire ...
    Judéo-Pathétique
    Judéo-HyprocriteMais...
    Judéo-Crétine"

    Youz guys might have had an in depth convo. that I'm not privy to but Is being Pathetique, hypocrite and cretin a bad thing? Cause if so, the ground work wasn't laid or I missed it. ;^)

  12. #12
    ebonylover retired...
    Join Date
    Mar 2010
    Location
    Montreal
    Posts
    1,216
    Quote Originally Posted by parlwhore View Post
    Youz guys might have had an in depth convo. that I'm not privy to but Is being Pathetique, hypocrite and cretin a bad thing? Cause if so, the ground work wasn't laid or I missed it. ;^)
    Are you a shrink?
    Dunno how google translates french in this case but it looks its bad lol
    joke aside PM me ... I will try to explain ...
    back to topic

    La société dans laquelle nous vivons est hypocrite et les avis de ces jeunes femmes qui ne peuvent dire qu'elles sont travailleuses du sexe est révélateur et s'applique également (dans une moindre mesure) aux hommes qui payent pour ce "service"...
    NO Expectations, High satisfactions!

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •