Je vous transmet ici un texte de Lise Payette paru dans le Journal de Montreal le jour de la St-Valentin. Nous ne sommes plus ce jour spécial, mais l'amour n'est-il pas un sentiment spécial 365 jours par année?

Sorry to those who only read in English, the text I'm reproducing here was written in French. It's a reflexion on love that was published in the Journal de Montreal. I thought it would be appriopriate on this board.

<<
Tu m'aimes-tu?

Il va s'en dire des "je t'aime" aujourd'hui. Des vrais, venus du fond du coeur, des pas vrais qu'on estime nécessaires et d'autres qui seront de circonstance, parce que si on ne les dit pas aujourd'hui, ils ne serviraient plus à rien demain. Quelle drole de journée, où le coeur occupe tout l'espace, et où les marchands d'illusions s'en mettent plein les poches.

L'amour, c'est connu, est à l'humain ce que le soleil est à la plante verte. Il fait grandir et il rend beau. Ceux qui en sont privés s'étiolent et finissent par en mourir. Privés de l'essentiel, ils n'auront jamais donné ce qu'ils auraient pu à la société don't ils faisaient partie. L'amour a toujours été un fameux moteur de réalisation de soi.

Il y a autant de facons d'aimer qu'il y a d'individus sur la planète. Il est aussi difficile d'apprendre à aimer que d'apprendre à marcher ou à jouer de la cornemuse. Il faut y mettre du sien.

L'amour peut aussi bien être un sentiment éphémère et passionné que calme et de longue durée. Toutes les combinaisons sont possibles. Certains disent même que le sentiment est plus satisfaisant quand on l'offre que quand on le recoit. Il est vrai qu'il est bon d'aimer. La vie en est transformée. Mais "être aimé", c'est vraiment pas mal non plus.

Je ne t'aime plus

J'ai souvent pensé que ce sont les mots les plus difficiles à prononcer et qu'à moins d'être un horrible sadique, on ne doit le faire qu'avec des gants blancs. "Je ne t'aime plus" peut tuer. C'est bien pire que "Je ne t'ai jamais aimé". Plus cruel, plus définitif. Ce sont des mots si importants que même la façon des les dire peut en changer le sens. Le ton même a son importance. Quant au moment de les dire, n'en parlons pas. Il est déterminant. Je t'aime ou je ne t'aime plus et le monde est transformé.

"Je t'aime bien", par contre, est d'une insignifiance. Jamais Il ne viendrait à l'idée de personne de changer sa vie pour un je t'aime bien. On ne bâtit rien la-dessus, c'est connu. Il faut beaucoup plus pour avoir le gout de tout bouleverser, de se sentir capable de transporter le monde sur ses épaules, de tout remettre en question.

L'amour, l'amour! L'amour galant. L'amour tout court. Le grand amour. L'amour brûlant. L'amour fou.

Dans ce monde où la haine se porte comme un étandard, l'amour se cherche souvent là où il est impossible de le trouver. L'amour se cache parce qu'il suscite l'envie chaque fois qu'il se montre. L'amour s'expose seulement quand il a besoin d'être rassuré.

Ceux qu'on aime

Il y a ceux qui se vantent de n'avoir jamais dit je t'aime. À personne. Et ceux qui l'ont dit si souvent à n'importe qui que ça ne signifie plus rien pour eux. Entre les deux, il y a des gens de bonne volonté qui cherchent et qui hésitent, qui savent qu'ils vont se tromper et qui recommencent en espérant que cette fois-ci sera la bonne.

L'amour, ça se mérite. Quand on l'a trouvé, on a intérêt à le protéger et à veiller sur lui car il est fragile face aux courants d'air. Il faut arriver à le garder prisonnier sans qu'il se sente jamais renfermé et à le laisser respirer librement même quand on sait qu'on lui fait du bouche-à-bouche.

L'amour, c'est un cadeau de la vie. Un rayon de soleil qui illumine tout ce qu'il touche. Allez... Dites-le! Vous vous sentirez bien mieux après.
>>

CA